Spectacle : Love

Humour et dérision relatent les frasques de trois névrosés

Une pareille histoire pourrait promener le spectateur dans de redoutables imbroglios métaphysiques. Bien au contraire, on rit beaucoup de ces trois personnages où l’absurde côtoie le misérable. Il est très rare qu’une œuvre nous offre une vision de l’homme aussi désespérante. Mais il n’y a bien que le théâtre pour nous inviter à en rire de si bon cœur.

Cette fable amoureuse écrite en 1964 par Murray Schisgal, a connu un immense succès à Broadway au point d'être pressentie pour le Tony Award.

Harry, Milt et Ellen jouent un jeu de chaises musicales dans cette comédie excentrique frappée par Murray Schisgal. Harry Berlin est un homme profondément déprimé qui est certain que sa vie ne le mènera nulle part. Une seule issue se présente à lui: oublier ses malheurs dans un ultime plongeon du pont de Brooklyn. Juste avant le grand saut, MiltManville s'interpose et reconnaît son camarade d'université. Rencontre hasardeuse de la vie, d'une vie sans avenir ni pour l'un ni pour l'autre...Harry malgré des études brillantes est au bout du rouleau et Milt, homme d'affaire démerdard, ne parvient pas à se libérer de sa femme Ellen pour rejoindre Linda sa maîtresse. Milt pense avoir réussi un coup de maître en fourguant sa femme dans les bras de son "meilleur ami". 

Le triangle infernal commence entre amitiés, dérisions et surprises inattendues tel un Vaudeville dramatique et burlesque.